Le rapport de Sherpa, une gesticulation médiatique vide !

lun, 09/10/2017 - 16:13

Maitre  William  Bourdon qui  ne  fait  pas  partie  des  meilleurs  avocats  de  l’Hexagone, essaie  tant  bien  que  mal de  se  trouver  un  autre  créneau  plus  lucratif,  en  s’autoproclamant   « le  défenseur  des  droits  de  l’homme »    par  le  biais  de  deux  associations,  Sherpa  et  Transparency  international.  Deux  associations floues qui  brillent   par  la  diffamation  et  le  dénigrement  sans  aucune  preuve ,  aujourd’hui    entièrement  financées  par  la fantomatique   « fondation  pour  l’égalité  des  chances  en  Afrique »  de  Bouamatou.
Un  mélange    inouï  des  genres  entre  le  droit  et  l’argent  d’un  avocat  qui  ne  fait  rien  pour rien,   toujours   guidé  par  le  contenu  de  son  portefeuille  au  lieu  de  la  vérité  et, partant, en  permanence  à la recherche  de  clients  dont  les  sources  de  financement  sont  manifestement  occultes, ce qui  explique  sa  proximité avec  Bouamatou .  
Une  proximité  ou,  pour  mieux  dire,  une  inféodation  pure  et  simple  qui  a  motivé  la  reprise  récemment  d’un  ersatz  de  rapport  de  Sherpa  déjà  publié  en  2013.  Une  gesticulation  médiatique  de  bas  gamme  qu’on  peut  résumer  sans  peur  de  nous  tromper  à  une  coquille  vide   d’arguments versés  dans  une  campagne  tout  aussi  vide  et  mensongère  pour  ternir  l’image  de  la   Mauritanie  d’aujourd’hui.
Une  Mauritanie  qui  a  su  créer  les  conditions  idoines  d’un  développement  socio-économique  profond  et  continument  amélioré,  fondé  sur  la  bonne  gouvernance, la  diversification  et  la  croissance  dans  un  environnement  international  particulièrement  difficile.
La  bonne  gouvernance qui  nous  a  permis  de  cadenasser  la  voie  aux  dérapages  et  à  la  gabegie , aux  scolioses  sociales,  de  verrouiller  les  réfractions   de  la  répartition  des  fruits  de  la  croissance,  d’optimiser  les  ressources  publiques,   de  sanctionner  les  détournements  des  deniers  publics,  et   d’assurer  une  croissance  continue. Cela  a  eu  pour  corollaire  immédiat  une   amélioration  sensible  de  tous  les  indicateurs  socio-économique  en  dépit  de  la  crise  mondiale.
Le  taux  d’accès  moyen  à  l’eau  potable  qui  est  passé  de  58 %  en  2008  à  75%  aujourd’hui ; le  taux  d’accès  des  ménages  à  l’électricité  qui  est  passé   de  38%  en  2008  à  70%   aujourd’hui .
Dans  le  domaine  de  la  santé,  les  résultats  sont  là-aussi  éloquents. L’espérance  de  vie  est  passée  de  58  ans  en  2008  à  66ans  aujourd’hui ;  le  taux  d’accessibilité  géographique  des  citoyens   aux  centres  de  santé  dans  un  rayon  de  5km  est  aujourd’hui  de  80%  au  lieu  de  60%  en  2008. La  construction  de  l’hôpital  des  spécialités  de  Nouadhibou,  et  ceux   de  Kiffa,  de  Sélibabi,  de  Rosso,   le  centre    de  cardiologie, de  traumatologie, le  parachèvement  et  l’équipement  du  centre  d’oncologie  devenu  aujourd’hui  une  référence  dans  la  région ;l’équipement  de  l’hôpital  de  l’amitié  d’Arafat.  La  santé a  aussi  connu    l’acquisition  d’un  matériel  performant, IRM, scanners, des  dizaines  d’unités  d’hémodialyse  dans  tout  le  pays, cabinets  dentaires, laboratoires….
Dans  le  domaine  de  l’éducation,  l’université   moderne   de  Nouakchott  est  aujourd’hui  une  réalité  indéniable ; la  création  de  celle  d’Aioun ; les  écoles  d’excellence,    l’école  supérieure polytechnique  de  Nouakchott.
Dans  le  domaine  des  infrastructures ,  le  réseau  routier  a  été  multiplié  par  trois  depuis  2008 ; la  construction  de  l’aéroport  de  Oum  Tounssy,  véritable   joyau  national  qui  répond  à  toutes  les  normes  internationales.
Le  domaine  des  pêches  a  vu  l’organisation  à  Nouakchott  de  la  première  conférence  internationale  sur  la  transparence  dans  ce  secteur  vital  de  notre  économie  nationale, en  rendant  plus  responsable  et  plus  transparente  les  activités  des  opérateurs, la  passation  des  marchés  et  la  collecte des  recettes.  
Dans  le  domaine  de  l’hydraulique,  la  moyenne  nationale  d’accès  en  eau  est  passée  de  40%  en  2008  à  68%  en  2015   pour  atteindre  en  2018  la  barre  de  80%  grâce  au  projet  Aftout  Echarghi  couvrant  5  Wilayas.
Dans  le  monde  de  l’énergie,    de  déficitaire  la  Mauritanie  est  passée à  une  situation  excédentaire   aujourd’hui.
Ces  quelques  exemples  illustrent,  chiffres  à  l’appui, la  véritable  révolution  copernicienne  enregistrée  par  la  Mauritanie  depuis  l’avènement  du  président  Mohamed  Ould  Aziz  en  2008. Ils  soulignent  aussi  combien  est  dénué  de  tout  fondement   le  rapport  de  Sherpa,   confirmant  ainsi,  si  besoin  en  est,  le  manque  d’éthique  professionnelle  et  d’objectivité  de  son  auteur :  William  Bourdon.
 
Docteur   Abdallahi   Ould   Nem