POURQUOI CETTE DÉPÊCHE HOSTILE DE L'APS À L'ENDROIT DE LA MAURITANIE?

jeu, 05/10/2017 - 02:01

L’agence  de  presse  sénégalaise, organe  officiel  de  l’Etat  sénégalais,   a  publié   une  dépêche   annonçant     une  conférence   de  presse   organisée  le  Jeudi  05  Octobre  à  Dakar sur  la  situation  politique  et  des  droits  de  l’Homme  en  Mauritanie.
Le  surprenant,  ce  n’est  pas  la  participation  et  l’animation  de  cette  conférence  par   un  petit  cénacle  de  rhéteurs en  mal  d’angélisme et  de  notoriété    politique  et  intellectuelle comme  maitre  Bouncounta   Diallo, ancien  président  de  l’ONDH,  monsieur  Alioune  Tine  du  bureau  d’Amnestie  pour  l’Afrique  et  l’extrémiste  Birame  Ould  Abeid .
Le  surprenant  et  l’aberrant,  est  que  le  porte-voix   médiatique  officiel   du  gouvernement  sénégalais  puisse  participer,  malgré  les  règles  de  bon  voisinage  et  les  conventions  internationales  en  la  matière ,   à  la  cabale  médiatique   contre  la  Mauritanie  qu’on  a  vu  fleurir  ces  derniers   temps  au  Sénégal.  Une  cabale    médiatico-politique  dont  l’objectif   est  de  flétrir    l’image  de  marque  de   la  Mauritanie  et   de  son  président en  ressassant  un  fatras  de  clichés   loufoques,  sans  panache  et  mal  étayés  sur   notre  pays.
Mais  ces  rhéteurs  oublient  que  la  vérité,  comme  d’ailleurs  le  mensonge, a  son  propre  poids  politique  incontournable  et  qu’il  se  ressent,  se  palpe  sans  grand  effort  de  sagacité  au-delà  du  verbiage  et   des  discours. Surtout  qu’il  est  aujourd’hui  avéré  et  éclatant    que  la  Mauritanie,  depuis  l’accession    du  président  Mohamed   Ould  Abdel  Aziz   à  la  magistrature  suprême  du  pays,   enregistre  des  résultats  substantiels   dans  tous  les  domaines  et   en  particulier  en  matière  des  droits  de  l’Homme  et  de  la  démocratie.
Des  résultats  qu’il  faut  juger  avec  les  yeux  de  2008  pour   en  mesurer  l’envergure  et  la  justesse, et  avec  les  yeux  d’aujourd’hui  pour  noter  l’importance  des  réalisations  et  leurs  retombées   sur  les  franges  les  plus  démunies  devenues  des  acteurs  du  développement.
Une  Mauritanie  d’aujourd’hui  qui   a  accumulé  en  08  ans    les  indices  probants  de  démocratisation  et  de  développement  socio-économique,  ses  infrastructures  se  sont  modernisées,  sa  sécurité  intérieure  et  extérieure  assurée,   son  coefficient  géopolitique   multiplié,  sa  vocation  régionale  et  internationale  consolidée.  Une  Mauritanie   qui   se  réfère  aujourd’hui   à  un  nouveau  aggiornamento politique  qui  se  fonde  sur  les  forces  enfouies  de  ce  peuple,  sur  sa  résilience  historique  de  surmonter  les  épreuves,  sur  les  intérêts  et  les  potentialités  propres  du  pays,  sur  la  visibilité  constante  de  notre  passé  qui  donne  la  profondeur  et  l’épaisseur  au  présent.
Une  voie  nouvelle,  une nouvelle  morale  politique  qui    a  permis  à  la  Mauritanie,  sous  la  direction  du  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz, de  dépasser  tous  les  dossiers  et  les  traits  de  fracture   hérités  du  passé.
Le  dossier  dit  « passif  humanitaire »   est  aujourd’hui  complètement  enseveli  dans  notre  sous-sol   grâce  à   la  mise  en  œuvre  des  mesures  prises  par  le  président  Aziz  depuis  la  prière  de  Kaédi  en  2009.   Les  déportés    ont  été  rapatriés  au  pays,  tous  leurs  droits  recouvrés  et  leur  insertion  dans  la  vie  active  assurée. Une  opération  faite  de  concert  avec  les  organismes  des  nations  unies  spécialisés  en  la  matière. Et  la  Mauritanie  a   retrouvé , depuis  lors,  comme  un  fleuve  son  lit,   toute  sa  vitalité  culturelle  et  son  unité  féconde.  Seules  quelques  personnes   marginales   continuent  à  instrumentaliser  ce  dossier  pour  des  motifs  égoïstes    en  versant  les   larmes  de  crocodile    au  cours  des  réunions  à  l’extérieur .
Le  dossier  des  séquelles  de  l’esclavage  a,  lui  aussi,  connu  des  avancées  remarquables  grâce  à  la  stratégie  multidimensionnelle  mise  en  place  par  les  pouvoirs  publics  .  Une  loi-phare  a  été  votée  qui  assimile  les  pratiques  esclavagistes  à  un  crime  contre  l’humanité  passible  de  lourdes  peines ; une  feuille  de  route  de  lutte  contre  les  séquelles  de  l’esclavage  a  été  initiée  de  concert  avec  les  organismes  spécialisés ; l’instauration  de  tribunaux  spéciaux  pour  juger  les  pratiques  présumées  de  l'esclavage; la  création  d’une  agence, Tadamoune, pour  l’exécution  de  programmes  spécifiques  socio-économiques  et  culturels   pour  les  populations  les  plus  pauvres.   Toute  une  panoplie  de  mesures  concrètes  exécutées  dans  le  cadre  plus  global  de  l’édification    en  Mauritanie  d’un  Etat  moderne, démocratique, social, distributeur  des  fruits  de  la  croissance  entre  toutes  les  composantes  sociales  du  pays . Seules  ces  mesures  sont    à  même  d’éradiquer  complètement  les  séquelles  de  l’esclavage. Et  non  pas    une  cacophonie  sarabande  dénuée  de  tout  fondement, enregistrée  sur  un  disque  en  vinyle  usé,  que    l’extrémiste  Birame  Ould  Dah,  aujourd’hui  isolé  sein  de  son  propre  groupe  politique,   entonne   dans  des  milieux   extérieurs  hostiles  à  la  Mauritanie.
Une  Mauritanie  qui   vient  de    rentrer  de   plain-pied  dans   sa  troisième  république  pour  préserver  les  acquis  et  accompagner,  dans  un  monde  en  pleine  mutation,  la  roue  de  l’Histoire . Le  peuple  mauritanien,  le  seul  tribunal  en  pareille  circonstance,  a  voté  à  la  majorité  pour  le  référendum  du  05  Aout,  en  dépit  des  entraves  dressées  par  une  opposition  en  déshérence,  incapable  d’affirmer  une réflexion  de  portée  stratégique.  Et  ce  n’est  pas  le  point  de  presse  annoncé  par  l’agence  de  presse  sénégalaise  qui  viendrait  au  secours  de  notre  opposition  extrémiste  intérieure  et  extrémiste  ivre  et  sans  vigil.
 
 
Docteur   Abdallahi   Ould   Nem